Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.02.2009

En vacances et en travaux...

Trouver le moyen d'être en retard, alors que je ne propose que deux notes par semaine, c'est presque abuser. Partir en vacances une semaine, sans envisager de publier, c'est définitivement franchir la limite.

Alors à titre de compensation, s'il est possible, je vous livre un scoop : je travaille à une autre interface graphique pour mon blog. "Encore heureux" diront les grincheux devant le pitoyable état de celui-ci, même si l'arrière plan qui rendait les textes illisibles a changé.

Je me suis inspiré d'un site dont l'auteur avait élu domicile chez Hautetfort avant de déménager chez OVH. Les idées exposées, bien plus que les rares images pourraient gêner, choquer, au point de créer une certaine forme d'addiction chez les plus sensibles. Il est donc recommandé aux enfants de passer leur chemin, en prenant par la main les adultes hostiles à toute forme d'érotisme, à toute évocation de relations qui ne seraient pas consacrées par les liens du mariage. Maintenant que vous êtes prévenus, notez bien que son crédo demeure "des points de vue, une pointe de cul" avant de cliquer sur le lien de "Comme une image".

Ce blog utilise la plateforme WordPress avec un template Aspire préparé par Infocreek. J'ai récupéré les éléments graphiques que j'ai torturé ainsi que les modèles Hautetfort et la feuille de style pour arriver à quelque chose comme ça.

GeeMeeV2.jpgÉvidemment que ce n'est pas pareil, j'ai dit que je m'en étais "inspiré". Je n'ai pas cherché à obtenir une copie conforme. Cela n'aurait pas eu de sens, mieux aurait valu changer de plateforme et passer à WordPress. Ce que je ferai peut-être un jour d'ailleurs.

Bref. GeeMee V2 n'est pas encore prêt mais devrait l'être courant mars, et vous en profiterez. Je compte effectivement mettre toutes les sources à disposition de ceux que cela intéresse.

Il n'est pas exclu que Infocreek me dise ne pas apprécier le résultat de mon travail et me demande de respecter le droit moral des artistes qui sont tombés en syncope, et qu'on ne va tout de même pas envoyer dans une clinique italienne, etc.


Gee Mee "Aspire" perdrait son soufle

Mais le travail de "câblage" entre images, templates et feuille de styles ne serait pas perdu. Les visiteurs de ce blog pourront récupérer une matrice prête à personnaliser. Avec un peu d'obstination tout de même, car ce n'est pas aussi simple que ce qui a été proposé ici jusque là.

Sur ce, je vais me faire irradier dans le nord Cotentin, et s'il me pousse des doigts, j'aurai d'autant moins d'excuses à être en retard pour mes notes.

13:09 Écrit par Gee Mee dans 1ère visite | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17.02.2009

Ne manquez pas de styles, affichez-les tous !

Je vous avais déjà incité à ne pas manquer de caractères, ce qui ne saurait vous arriver, aussi continué-je dans mes conseils superflus pour qu'il ne vous arrive pas de manquer de style.

L'essentiel de la mise en forme de votre blog Hautetfort est commandé par la feuille de styles, document de référence qui contient toutes les zones de chaque page méritant des attributs de style différents. Dans le code de la page HTML on indique « ceci est un titre de niveau 1 », et dans la feuille de styles on indique les paramètres applicables aux titres de niveau 1. Ce qui a pour énorme avantage de n'avoir qu'à intervenir sur la feuille de styles pour modifier l'apparence de toutes les pages d'un site.

Pour en savoir plus à propos des feuilles de styles, vous pouvez vous lancer dans l'exploration du site SelfHTML. Ce n'est peut-être pas le meilleur, même si je m'y réfère souvent.


Comment voir les styles ?


S'agissant de votre feuille de styles, une fois passé en « configuration avancée », il suffit d'aller visualiser le fichier du même nom. Mais pour les sites dont vous n'avez pas la clé ?

C'est le moment de vous présenter deux modules additionnels (add-on) de Firefox. Je n'ai rien contre les utilisateurs de Microsoft Internet Explorer, mais j'ai une nette préférence.


JS View

Ce module permet d'accéder à toutes les instrucions en javascript et à toutes les feuilles de styles appelées par la page courante. Il vous est donc loisible de visualiser le code et de vous en inspirer pour vos propres développements.

Attention, il ne suffit pas de copier la feuille de styles de ce blog pour que le votre ait la même apparence. J'ai une colonne de chaque côté de la zone centrale, peut-être pas vous. Et puis, il vous manquera des éléments comme des images qui sont stockées dans mes répertoires. Vous pourrez toujours bidouiller pour aller les récupérer, il n'y a pas de sécurisation particulière.

Plus d'information sur JSView sur le site des modules de Firefox.


CSS viewer

Ce module permet de voir quelle partie de la feuille de styles (quelle « classe ») est concernée par la zone que vous survolez avec la souris, et quels sont les paramètres.

L'imbrication des différentes classes rend parfois les choses un peu compliquées, et ce module vous aidera à vous y retrouver.

Plus d'informations sur CSS Viewer sur le site des modules de Firefox.


Pour un bricoleur comme moi, ces deux modules me sont vite devenus indispensables. Et si cela doit vous faire passer à Firefox, vous pourriez doublement tirer profit de cette note.

 

10.02.2009

Redimensionner une image avec Gimp

La chose peut paraître évidente à nombre d'entre-vous, mais nul n'est censé le savoir aussi parfaitement que la terre est ronde. Elle est d'ailleurs patatoïde.

Si nous aborderons ici la manipulation d'image sous Gimp, c'est parce que cet excellent logiciel est disponible dans la Framakey évoquée à l'ouverture de ce blog. Comme d'habitude, les notes qui vont se succéder ici ne sauraient vous dispenser de régulièrement consulter l'aide du logiciel et les nombreux didacticiels disponibles, dont ceux ci.


Image = canevas + calques

Vous aimez le mille-feuilles, le kouing-aman et autres baklava ? Vous allez adorer le monde du multi-couches. Avec Gimp, une image peut être un canevas sur lequel s'empilent plusieurs claques, tout comme un décor d'opéra est constitué de plans successifs.

Mais nous sommes dans le numérique, et vous pouvez changer la taille de la scène (du canevas) indépendamment de la taille des plans (des calques). Alors comment s'y prendre pour redimensionner ?


Modifier la taille du canevas.

Quand on souhaite agrandir l'espace sur lequel on travaille pour ajouter d'autres éléments, disposer d'une surface plus grande sans agrandir l'image d'origine, c'est bien le canevas qu'il faut modifier. La commande est donc Image / Définir la taille du canevas.
On vous demandera alors d'indiquer la largeur et la hauteur. Ces deux valeurs sont liées par défaut, pour conserver les proportions de l'image. Vous pouvez régler ces dimensions indépendamment en cliquant sur le maillon pour « briser » le lien entre ces valeurs. Vous verrez un aperçu de votre image évoluer dans un cadre gris sous la mention Décalage.

Le décalage est nul par défaut, les valeurs x et y restant à 0 (rappelez-vous les repères orthonormés...).
Vous pouvez ne pas décaler, décaler précisément avec vos propres réglages, ou centrer tous les calques avec le bouton disponible.
Avant de cliquer sur [Redimensionner], vous devez vous demander s'il est nécessaire de redimensionner tous les calques ou aucun. Ce choix n'est pas irréversible, voyez plus bas. S'ils restent de taille inférieure au canevas, ils seront peut-être plus facile à manipuler séparément, c'est à vous de vous faire une opinion.
Plus d'info sur le site de la documentation officielle.


Modifier la taille de l'image

Quand on souhaite agrandir ou diminuer la taille de tous les éléments simultanément, modifier le contenu visible de l'image, la commande appropriée est Image / Échelle et taille de l'image.
De la même façon que pour le canevas, vous indiquerez largeur et hauteur.
On vous propose aussi d'intervenir sur la résolution. Pour l'instant laissons cela.
La « qualité » est celle du mode de calcul des interpolations. Quand vous agrandissez votre image, le logiciel « calcule » pour remplir les vides avec plus ou moins de soin.
Plus d'info sur le site de la documentation officielle.


Modifier la taille d'un calque

Vous disposez de la même commande Calque / Échelle et taille du calque, que pour l'image, mais vous disposez aussi d'une mise à la taille de l'image du calque, et d'un ajustement des bords du calque.


Ces commandes peuvent vous paraître encore un peu abstraites, mais nous les illustrerons bientôt dans un exemple de montage d'images. En attendant, relisez donc les manuels...

11:16 Écrit par Gee Mee dans Traitement d'image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : framakey, gimp, image, canevas, calque, taille | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06.02.2009

Audacity : premiers pas pour premier enregistrement

J'ai déjà évoqué l'excellent logiciel Audacity dans une note précédente, et ma force de conviction a vaincu vos dernières réticences, vous avez décidé de vous y mettre. À moins que vous n'ayez eu besoin de personne pour savoir ce que vous aviez à faire, et vous n'êtes ici que pour vous conforter dans vos premier pas. Bienvenue !

Je pars du principe que vous avez installé le logiciel, que vous avez un microphone en état de marche, un peu de temps et beaucoup de patience pour faire votre premier enregistrement. Je me propose de mettre en avant des fonctions de base, en espérant que cela vous permettra de ne pas être rebuté de suite.


Logiciel ouvert, vous voyez :

- des boutons qui ressemblent à ceux d'un magnétophone
- deux "VU-mètres" qui s'animent à la lecture pour indiquer le niveau de sortie (haut-parleur) et à l'enregistrement pour indiquer le niveau d'entrée (micro)
- un réglage du niveau de sortie (haut-parleur), un réglage du niveau d'entrée (micro)
- des boutons pour copier-coller
- des boutons de sélection
- des boutons de réglages du zoom d'affichage.

Microphone à portée de voix, cliquez sur le bouton rouge pour démarrer l'enregistrement. Vous voyez un curseur filer vers la droite et le spectre de votre enregistrement se dessiner, du moins si vous produisez un son capté par le micro. Arrêtez l'enregistrement en cliquant sur le carré jaune. Vous pourriez tout autant mettre en pause et reprendre avec la double barre verticale. La plupart des fonctions sont indisponibles quand on est en "pause", cliquez sur "stop" avant de tout casser ; c'est fréquent de se méprendre.

Si la ligne reste désespérement plate, et si le vu-mètre d'entrée reste inanimé, vous avez sans doute mal branché votre microphone. Cela arrive à tout le monde. Régler le niveau d'entrée au maximum, parce que le son vous paraît faible n'est pas forcément la meilleure idée. Vous augmenterez les parasites, et arriverez peut-être même à faire entrer micro et haut-parleur en interférence avec ce caractéristique effet larsen.

Fichier / Enregistrer le projet
, en acceptant le format .aup (celui d'Audacity). Vous ferez une exportation vers un format différent plus tard. C'est parfois compliqué d'avoir un enregistrement potable (sans bruit parasite ni mobylette) alors je vous conseille de travailler sur une copie de votre enregistrement de base.

Pour un bon enregistrement, fuyez les bruit dont celui du ventilateur de votre ordinateur et les réverbérations incontrôlées. Avec un ordinateur portable il est plus facile de s'isoler, mais vous pouvez aussi faire des écrans avec des coussins pour limiter perturbations et échos.

Si vous voulez refaire un enregistrement, il vous faut fermer votre première piste. Sinon vous créez une piste supplémentaire dans le même projet. Cela peut être intéressant de s'entendre parler plusieurs fois en même temps, mais encore faut-il que cela soit bien l'effet recherché.

La lecture démarre
où vous avez laissé votre curseur en cliquant sur le spectre. Votre enregistrement pouvant être assez long pour ne pas s'afficher entièrement, vous devrez donc faire défiler vers la gauche avant de pouvoir cliquer au début. Vous pouvez aussi utiliser la commande Édition / Déplacer le curseur / Curseur en début de piste.

Les chiffres inscrits au dessus de la piste indiquent l'échelle de temps, par défaut en secondes. Vous serez obligés de jouer du niveau de zoom à l'aide des loupes (+) et (-) ou des commandes du menu Affichage.

Pour sélectionner
une partie de votre enregistrement, cliquez dans la piste, glissez, lâchez. Vous pouvez ajuster votre sélection en positionnant le curseur à l'une des limites, qui s'affiche alors comme une main. À côté de la loupe (-) vous trouverez une commande "Ajuster la sélection à la fenêtre".

Pour appliquer un effet, il vous faut faire une sélection. Vous trouvrez de nombreux effets disponibles, pour amplifier, créer un fondu, etc... Vous ne résisterez pas à les essayer, et vous aurez raison... Mais il est plus prudent de le faire sur un brouillon, une copie de l'enregistrement de départ.

Pour disposer d'un fichier qui soit audible par un lecteur standard, vous devez faire une exportation. Vous préfererez sans doute Fichier / Exporter comme MP3 (Cela ne vous sera possible que si vous avez installé la bibliotèque Lam) pour l'écouter sur votre balladeur ou le mettre en ligne sur votre blog.

N'oubliez pas de jeter un œil à la documentation ici en PDF ou là en ligne de temps en temps.

13:43 Écrit par Gee Mee dans Framakey, Musique en ligne | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : audacity, afficher, sélectionner, copier, coller | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook