Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15.12.2009

« La laïcité doit-elle conduire à bouter les religions hors de l'espace public ? »

La question m'a été transmise par See Mee la semaine dernière, m'invitant amicalement à faire à  mon tour une exception à ma ligne éditoriale. Le temps passant, les autres maillons de la chaîne (dont Otir, et Entre2eaux ) ainsi que les nombreux commentaires intelligents (dont ceux de Columbine, de Gicerilla ou d'Océane) m'ont mis dans une situation difficile : comment apporter une réponse qui soit digne d'être lue ? Vous seuls saurez s'il valait la peine d'aller plus loin.


La question à réponse
Pour moi c'est oui. La laïcité repousse les religions de l'espace public pour que ce dernier reste vierge de toute influence, que l'État puisse assurer une neutralité bienveillante à l'égard de tous les citoyens, et que personne ne puisse être discriminé pour ses convictions religieuses au-delà de ce qui est nécessaire pour vivre ensemble.
Parce que chaque religion a réponse à tout, que la question soit depuis longtemps débattue par les exégèses et autres sages, ou qu'elle nécessite quelque conseil ou concile extraordinaire, rien de ce qui est humain n'est étranger à Dieu. Ce n'est pas pour nous ennuyer que chacune nous rappelle ses dogmes, ses principes, ses interprétations acceptables. C'est juste que chacune, au-delà, et souvent contre les autres, possède la vérité.
Les projets œcuméniques ne travaillent évidemment pas à la détermination d'un plus petit dénominateur commun qui nous rapprocherait d'une vérité spirituelle universelle, mais au respect mutuel, à l'entente.

Le projet laïc poursuit la même intention, vivre ensemble en paix. Chacun est libre de pratiquer tant qu'il ne nuit pas à autrui. Si quelques limites à cette liberté sont nécessaires à la garantie de la neutralité de l'État, elles ne pèsent sur ses représentants que lors de leurs missions. Dans la sphère privée, chaque fonctionnaire recouvre sa liberté de culte comme de pensée politique et syndicale.
Et c'est précisément cette séparation qui permet à mon sens une véritable liberté religieuse, évaluée non au regard de ce que tolèrera une religion dominante, mais en fonction des impératifs de l'ordre public. Ce n'est pas un hasard si le ministère des cultes est aussi celui de l'intérieur.

La laïcité repousse les religions de l'espace public, oui, pour garantir que chacune puisse s'exprimer à égalité. Et c'est peut-être ce qu'on lui reproche.


Les réponses en question

See Mee, et tous ceux qui ont contribué chez elle ou ailleurs de bonne grâce ont essentiellement démontré leur ouverture d'esprit, leur tolérance envers l'autre. Des différents points du spectre religieux dont ils ont parlé, exprimant des idées dont je me suis souvent senti proche, ils ont participé comme moi à la propagation d'une question. Mais quels sont ses mots ?
« La laïcité doit-elle conduire à bouter les religions hors de l'espace public ? »

« La laïcité » : encore faudrait-il s'entendre sur le sens du mot. Ne pas confondre le concept et ses applications.
« doit-elle conduire à » : l'on sent bien qu'il s'agit d'excès. À quoi bon raisonner à partir des exceptions, des dérives ? C'est intellectuellement dangereux et malhonnête.
« bouter » : depuis l'école primaire, ce verbe est indissociable de l'Anglais, avec qui l'entente est cordiale depuis belle lurette malgré nos chamailleries séculaires. Alors que bouter ? Le train qui nous rapproche ? La Christine, hein ? Le feu d'un âtre accueillant ? Un ordinateur récalcitrant à la limite. Faisons nous la grâce de ce vocabulaire guerrier.
« les religions » : toutes les religions ? De façon strictement égale ?
« hors de l'espace public. » : repousser hors de ce qui est dehors, c'est faire rentrer. Encore faut-il s'assurer du consentement préalable, libre et éclairé.

Si l'on utilise des mots plus neutres comme j'ai pu le faire au début de mon billet qu'obtient-on ? Une mise en cause de l'objet même de la laïcité qui cantonne la religion à la sphère privée, tout en reconnaissant un droit d'expression qui lui permet d'accéder à la reconnaissance par des moyens démocratiques.

Le choix des mots, et la propagation de la question n'ont rien d'innocent.
En ce qui me concerne, je pense que le Chafouin poursuit un projet politique dans lequel la « victimisation » de la chrétienté prend une part significative. Sa « chaîne » a pour effet, sinon pour intention, de faire circuler l'idée selon laquelle les catholiques souffrent des dérives de la laïcité qui les conduiront bientôt à pratiquer dans des caves. Ne me croyez pas sur parole, allez le lire, vous le trouverez souvent sur le fil du rasoir.

Ce blogueur écrit avec bien trop d'intelligence, pour que cela soit fortuit, et le modéré que je suis ne s'y laissera pas reprendre.

C'est dit en toute amitié, See Mee, je suis heureux de voir que nous partageons, avec d'autres, certaines valeurs.

13:16 Écrit par Gee Mee dans 1ère visite | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : laïcité, see mee, océane, oh!91, otir | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Je tiens juste à préciser que je m'exprime en tant que citoyen, qui ne cache pas ses convictions religieuses, mais qui ne suit aucun projet politique comme cela est sous-entendu dans ce billet.

Je ne vise pas uniquement la religion catholique, puisque je défends l'idée selon laquelle un minaret ne dérange que ceux qui haïssent la religion et/ou qui ont peur de voir leurs racines perdues.

Mon seul projet, c'est de dénoncer la vision contemporaine de la laïcité, qui est largement extensive selon moi.

Libre à chacun de croire le contraire, mais je ne vais pas me priver de faire partager cette opinion autour de moi. Croire que c'est en excluant de l'espace public ou du débat public qu'on va pacifier la société, c'est illusoire. La laïcité, au départ, c'est faire en sorte que la religion ne soit pas le prétexte, l'inspiration ou la cause des décisions politiques. Et que une croyance ne soit pas privilégiée par rapport à une autre.

Merci en tout cas d'avoir participé au débat !

Écrit par : le chafouin | 15.12.2009

Répondre à ce commentaire

Le Chafouin, la politique n'est pas un gros mot, et tout citoyen qui tente de faire partager ses opinions en fait déjà.
Loin de moi l'idée de vous attribuer une pensée caricaturale, et je peux faire miens certains de vos propos, dont notamment "Croire que c'est en excluant de l'espace public ou du débat public qu'on va pacifier la société, c'est illusoire."
Pour autant, nous ne semblons effectivement pas avoir la même vision de la laïcité telle qu'elle se pratique hic et nunc.

Et je vous remercie pour votre commentaire cordial.

Écrit par : Gee Mee | 15.12.2009

Répondre à ce commentaire

J'aime assez votre point de vue.

Je redirais ce que j'ai dit chez See Mee. La religion monothéiste est prosélyte par essence.
Les textes sacrés de ces 3 grandes religions, pour se borner à celles-ci, visent à administrer la vie intime et publique de chaque croyant. Elles sont donc, et c'est normal, là pour influencer la société vers ses propres points de vue.
Sachant cela, on ne peut décemment prétendre à une sorte de collaboration entre un état laïc, égalitaire, et des religions qui ne visent qu'à la plus large application de leur dogme.
Encore une fois rien que de plus normal. C'est à l'État de s'en rendre compte et de préserver aussi jalousement que Le Dieu Unique ses prérogatives.

Dieu me pardonne, je suis croyante et honnête, ou du moins lucide :)

Écrit par : Océane | 18.12.2009

Répondre à ce commentaire

Je savais que nous partagions cela, puisque je vous avais lue chez See Mee. Je vous remercie de l'avoir redit ici.

Tout comme je partage l'analyse de Otir qui "Le paradoxe le plus frappant pour moi, vu de l’extérieur, puisque je ne vis plus en France, c’est que les plus ardents à crier au danger islamique sont aussi ceux qui se plaignent que la laïcité les relèguent et les “boutent hors du paysage”, à savoir la droite chrétienne pure et dure." Le paradoxe n'est qu'apparent, la logique de fond est la même, ne pas laisser la société aux laïcs.

Cela étant, Océane, êtes vous sûre d'être honnête en vous déclarant lucide ? Et lycée de Versailles ?-)

Écrit par : Gee Mee | 18.12.2009

Répondre à ce commentaire

@Gee Mee : Merci d'avoir répondu à cette invitation ! Contrairement à tes préventions, je trouve que tu as apporté une nouvelle pierre au débat. Et pas des moindres, notamment en relevant ce qui me gênait aux entournures : la formulation elle-même de la question !
Le Chafouin semble se défendre d'une pensée obtue, et tant mieux. Mais tout de même, sa formulation m'avait portée à plutôt répondre "ce que cela m'évoque", car il est des questions auxquelles répondre par oui ou par non donne parfois le sentiment de faire le jeu d'un truc induit.

@Le Chafouin : Je vous attends chez moi pour une réaction sur ma proposition en réponse à cette chaîne que vous avez lancée ! ;-)

Écrit par : See Mee | 18.12.2009

Répondre à ce commentaire

Ma pierre n'est pas de celles sur lesquelles on bâtirait... mais j'aime à imaginer qu'elle peut se trouver à la croisée d'ogives aux piliers éloignés comme le tien, ceux de Columbine, d'Océane et d'Otir.
J'arrête là, à cinq piliers, on va rentrer dans une symbolique...

Écrit par : Gee Mee | 18.12.2009

Il était clair pour moi, au départ de la chaîne en question, que l'intention du Chafoin était celle-là (et il l'assume). C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, en ce qui me concerne, je me suis sentie à l'aise pour écrire moi-même un billet (sinon, les chaînes pour les chaînes où on se lie surtout les uns les autres, ce n'est pas toujours ma tasse de thé).

Mais elle a pour effet, que je trouve très intéressant, de permettre un véritable échange de points de vue, d'opinions pas nécessairement consensuelles, sans les dérives fréquentes que l'on voit sur les sujets à "tabous" que sont les sujets sur la religion et les sujets sur la politique.

Je suis profondément attachée à la laïcité. Parce qu'elle me permet notamment de pratiquer en toute liberté d'esprit - et de mouvement - tout en appartenant à une minorité. Et je continue de penser que le rôle des religions n'a pas à être politique. Ce qui, pour moi, ne signifie pas d'être repoussé hors de l'espace public mais que des considérations religieuses ne doivent pas entrer en ligne de compte pour des décisions politiques, des décisions de prise de pouvoir.

C'est vraiment en ce sens que je comprends la séparation des pouvoirs.

Merci beaucoup pour cette intéressante contribution à la réflexion et l'échange collectifs !

Écrit par : Otir | 21.12.2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Otir, c'est à moi de vous remercier pour votre commentaire, en me réjouissant une fois de plus de la convergence de nos points de vue, avec nos différences de départ.
En vous souhaitant de bonnes fêtes.

Écrit par : Gee Mee | 21.12.2009

Les commentaires sont fermés.