Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.02.2010

Évasion, pour les Impromptus

100206115301454864.jpgPar moments, seuls les nuages qui traversent lentement notre ciel immense nous rappellent que nous ne sommes pas tout à fait morts. Ils n'arrivent pas toujours à tous nous convaincre tant l'ennui semble attaquer jusqu'au plus solide de mes hommes. Les plus atteints ne cherchent plus aucun message dans les cieux, plus aucune forme distrayante dans les courbes changeantes de ces masses blanchâtres. Leurs derniers songent volent au ras du sol, emportés dans le sable et la poussière qui finissent de s'assécher en usant les pierres. Et si certains évoluent en grâcieuses volutes jusqu'à l'eau, ils finissent toujours par s'accrocher à la surface de cette mare salée dans laquelle les pensées saumâtres se conservent à jamais dans la saumure.


Mais j'ai gardé mes rêves, moi, même s'il m'arrive de grincer des dents au propre comme au figuré. Il n'y a pas que ce mur d'enceinte inachevé pour m'énerver. Je sens bien que l'état-major ne prend pas mes requêtes au sérieux pour nous équiper de drônes comme aux autres postes frontière. Pourtant je sais bien qu'ils finiront par venir.

Nous ne nous sommes pas installés ici par hasard. Bien sûr qu'il leur faudrait traverser leur propre désert avant de conquérir le notre, mais je sais qu'ils peuvent le faire, que les aveugle leur haine de notre pays qui a su se développer harmonieusement dans le respect des vraies valeurs. Ils ne respectent même pas la vie, et l'amour aussi leur est étranger.

Moi, je saurai leur résister vaillamment. Avec tous mes hommes, nous ne renoncerons à aucun sacrifice pour remplir notre mission, faire barrage, protéger ceux que nous aimons. C'est que nous avons des cœurs,  qui souvent battent pour nos femmes restées au pays, à nous attendre. Isabella m'attend, elle, j'en suis sûr, et si ses lettres sont plus rares, c'est qu'elle prend soin de ses parents.

Attendez un peu qu'ils viennent et je pourrai aller la retrouver avec la gloire authentique de ceux qui ont accompli leur devoir.

Ils suffiraient qu'ils viennent.

Avant la relève.

.

Pour les Impromptus Littéraires : lancement de thème, toutes les contributions. Crédit photo : Pandora

21:00 Écrit par Gee Mee dans Jeux d'écriture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impromptus littéraires | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.